Cartagena de Indias

Cartagena de Indias

Osez la Colombie: Visitez Cartagena de Indias

Conseils aux Voyageurs » Osez la Colombie: Visitez Cartagena de Indias
 

Néanmoins, ces dernières années grâce à la diminution de la violence et à une politique touristique efficace, la Colombie redore son blason en attirant petit à petit un nombre plus important de touristes.

 
 

 

 

Osez la Colombie : visitez Cartagena de Indias

 

1_Historic center of Cartagena with several important churches visible

La Colombie fait partie de ces pays qui, à l’heure actuelle, souffrent toujours d’une mauvaise réputation à travers le monde, et selon moi plus particulièrement en Europe.

La drogue, la violence et le conflit armé qui a enflammé tout un pays – et continue dans une moindre mesure – ont contribué à forger cette mauvaise image que nous avons en France, et dans une grande partie du monde. Néanmoins, ces dernières années grâce à la diminution de la violence et à une politique touristique efficace, la Colombie redore son blason en attirant petit à petit un nombre plus important de touristes.

2_View of balconies leading to the stunning cathedral in Cartagena, Colombia

Cartagena de Indias, la « perle des Caraïbes »

Dans un pays au tourisme encore balbutiant, certaines destinations touristiques émergent, telle la bien nommée « perle des Caraïbes »,

Cartagena de Indias. Lors de mes deux voyages en Colombie, en 2009 et cette année, j’ai eu l’occasion de visiter cette magnifique ville et de m’aventurer dans les ruelles de la très coloniale et colorée « Ciudad Amurallada ». Les maisons aux façades colorées donnent un charme nul autre pareil à ce port, fondé par le conquistador espagnol, Pedro de Heredia, en 1533. Malgré une présence un peu trop envahissante des vendeurs ambulants, ce qui à la longue peut fatiguer toute personne avec une apparence un tant soit peu étrangère, le cœur de Carthagène est un véritable régal pour les yeux : places, parcs, statues et vieilles pierres vous enchanteront, je peux vous l’assurer.

Si, toutefois, vous voulez éviter au maximum les « désagréments touristiques » des vendeurs ambulants, mettez votre panoplie de touriste : chapeau et lunettes de soleil. Cela vous évitera d’être la cible acharnée des vendeurs spécialisés dans ces « accessoires touristiques » . La Ciudad Amurallada présente également une belle basilique, celle de San Pedro Claver, fondée au XVIIe siècle par les jésuites. Elle est devenue « Monumento Nacional » en Colombie en 1995.

3_Historic_San_Pedro_Claver_church_in_the_center_of_Cartagena_Colombia

Pour la petite histoire, Cartagena de Indias a également été le théâtre d’un film français, joué par Sophie Marceau et Christophe Lambert, « L’homme de chevet ». Un film qui raconte l’histoire d’amour entre une riche française tétraplégique et une ex-gloire de la boxe, devenu garde-malade. Quoique ce film ne soit pas un chef d’œuvre il a toutefois le mérite de nous transporter dans des décors paradisiaques, qui sentent bon les tropiques. Le long du port, vous pourrez admirer de magnifiques voiliers qui font escale régulièrement à Carthagène.

Avec un peu de chance, vous tomberez sur un grand nombre de voiliers, plus beaux les uns que les autres

 

. 4_Colombian_cuisine._grilled_pork_bone_steak (1)

Où manger à Cartagena ?

Si vous souhaitez vous restaurer ou vous rafraîchir, je vous conseille principalement deux établissements, « La Brioche », un établissement français, et le restaurant, « la cocina de Socorro », qui a accueilli de nombreuses célébrités colombiennes, dont le fameux « Pibe » Valderrama bien connu des amateurs de football et des montpelliérains. Ce ne sont pas à proprement parler des établissements bon marché mais en ce qui concerne la « cocina de Socorro », les poissons et les fruits de mer sont excellents, et pour environ 8 euros vous pourrez déguster un très bon plat de poisson.

Cartagena de Indias, c’est une ville magique. Elle mérite plus que le détour. Son statut « méconnu » renforce également son attrait d’être une ville à découvrir absolument. Alors que dire de plus sinon foncez !

 

 

© Article rédigé par le blogueur de voyage Sebastien Geofrroy.